Please upgrade your browser to ensure an optimum experience
or click on Compatibility View.

1 800 463-4310

Glossaire

Nous utilisons parfois des termes scientifiques et juridiques particuliers à notre industrie que vous n’entendez peut-être pas tous les jours. Pour vous aider à en déchiffrer le sens, nous avons dressé une liste de définitions.

Dépistage de drogues et d’alcool

Chromatographie gazeuse / spectrométrie de masse (CG / SM) – Équipement d’analyse scientifique très technique et précis servant à détecter différentes substances et à en mesurer la quantité dans un échantillon. Cet étalon de référence reconnu pour l’identification médico-légale des substances est utilisé par notre laboratoire désigné pour les tests de confirmation.

Échantillon adultéré – Ajout d’une substance connue ou inconnue pour entraver le test ou masquer la présence de drogues dans l’échantillon.

Échantillon dilué – Échantillon dont la concentration en eau excède la limite physiologique normale attendue de l’urine humaine, et qui abaisse donc la concentration de substances contenues dans l’échantillon.

Échantillon substitué – Échantillon présentant des propriétés qui ne correspondent pas à l’urine humaine.

Représentant désigné de l’employeur / administrateur du programme – Membre de votre entreprise autorisé à recevoir et à consulter les résultats et autres communications confidentielles en provenance de DriverCheck. La personne désignée peut également avoir d’autres responsabilités décrites dans la politique de votre entreprise (p. ex. retirer des employés d’un poste critique pour la sécurité au besoin).

Tests aléatoires – Tests de dépistage de drogues et(ou) d’alcool administrés aux employés sélectionnés au hasard parmi un groupe à l’aide d’un programme informatisé ou de tableaux de dépistage aléatoire. Le dépistage aléatoire signifie que les probabilités de sélection sont les mêmes pour tous les membres du groupe chaque fois qu’une sélection est faite au hasard, qu’ils aient déjà été sélectionnés ou testés auparavant ou non. Les travailleurs devraient être avisés seulement immédiatement avant que le test soit effectué.

Test après un accident – Dans un milieu assujetti à la réglementation du DOT, ce test de dépistage de drogues et(ou) d’alcool est requis lorsqu’un accident se produit et que certains critères sont remplis. Comme le stipulent les règlements du DOT, le test est requis dans le cas d’un accident qui a eu lieu : a) aux États-Unis ; b) sur des segments d’autoroute entre la frontière États-Unis-Canada et le premier point de livraison physique d’un consignataire canadien ; ou c) sur des segments d’autoroute à l’extérieur du Canada entre le dernier point de livraison physique d’un expéditeur canadien et la frontière États-Unis-Canada. Les tests de dépistage de drogues après un accident requis par le DOT doivent être effectués dès que possible dans les 32 heures suivant l’accident et il faut commencer à remplir les documents après huit heures. Les tests de dépistage d’alcool après un accident requis par le DOT doivent être effectués dès que possible dans les 8 heures suivant l’accident et il faut commencer à remplir les documents après deux heures. Veuillez communiquer avec DriverCheck pour consultation, à savoir si l’accident doit ou ne doit pas être rapporté au DOT.

Test après un incident – Test de dépistage de drogues et(ou) d’alcool effectué par une entreprise non assujettie à la réglementation après un incident ou un accident de travail ayant ou non entraîné une blessure ou la mort. Les politiques relatives aux circonstances justifiant un tel test varient en fonction de l’entreprise. Un test après un incident au travail serait fait conformément à la politique particulière de l’entreprise. La politique devrait préciser les délais et la procédure à suivre.

Test au point de service – Test de dépistage par essai immunologique sur place qui donne des résultats instantanés. Si le résultat est non négatif, l’échantillon est expédié à un laboratoire d’analyse agréé pour qu’une CG / SM confirme la présence de la substance détectée par le test au point de service.

Test d’accréditation – Terme couramment utilisé par les employeurs canadiens non assujettis à la réglementation. Certaines entreprises parlent aussi de test de pré-embauche ou de pré-affectation. Il s’agit d’un test de dépistage de drogues et(ou) d’alcool effectué dans le cadre du processus d’évaluation générale des aptitudes et des compétences comme condition d’emploi des candidats à un poste critique pour la sécurité.

Test d’autorisation d’accès – Dans un milieu non réglementé par le DOT, les employés doivent passer ce test de dépistage de drogues et(ou) d’alcool comme condition d’accès à un lieu de travail.

Test de dépistage par essai immunologique – Épreuve biochimique mesurant la présence d’une ou de plusieurs substances dans un échantillon fourni aux fins de dépistage de drogues. Cet outil est utile pour le dépistage initial de drogues, mais un test de confirmation par CG / SM doit être effectué par la suite lorsque le résultat du test de dépistage par essai immunologique est non négatif.

Test de pré-embauche – Terme utilisé dans les milieux assujettis à la réglementation du DOT pour décrire un test de dépistage de drogues obligatoire et un test de dépistage d’alcool facultatif administré avant l’embauche d’un travailleur assujetti aux règlements du DOT ou avant son affectation à un poste non critique pour la sécurité, à un poste critique pour la sécurité, tel qu’il est défini par le DOT. Dans le cadre des programmes non assujettis à la réglementation du DOT, le test de pré-embauche est aussi appelé test de pré-affectation et désigne un test de dépistage de drogues et(ou) d’alcool administré à un candidat comme condition d’embauche ou à un employé existant avant l’affectation à un nouveau poste afin de déterminer s’il est apte à occuper un poste particulier, critique pour la sécurité.

Test de retour au travail – Test de dépistage de drogues et(ou) d’alcool requis comme condition de reprise de fonctions critiques pour la sécurité lorsqu’un travailleur a obtenu un résultat positif à un test de dépistage, ou encore lorsqu’il a commis une infraction aux règlements du DOT (s’ils sont applicables) ou à la politique de l’entreprise, après qu’il a été évalué par le professionnel du traitement de la toxicomanie et de l’alcoolisme, qu’il a suivi la formation et le traitement recommandés, et que le rapport soumis à l’employeur par le professionnel du traitement de la toxicomanie et de l’alcoolisme à l’employeur est satisfaisant. Le test de retour au travail doit être négatif pour que le travailleur puisse reprendre des fonctions critiques pour la sécurité.

Test de suivi – Tests de dépistage de drogues et(ou) d’alcool supplémentaires effectués de façon aléatoire et sans préavis comme condition de retour au travail à la suite d’un test positif, d’une infraction aux règlements du DOT (s’ils sont applicables) ou à la politique de l’entreprise, après que le travailleur a suivi avec succès le processus recommandé par le professionnel du traitement de la toxicomanie et de l’alcoolisme. Une fois que le travailleur a passé un test l’autorisant à retourner au travail, des tests de suivi sont requis en vertu des règlements du DOT, le cas échéant, (ou sont exigés par l’employeur dans le cas d’un programme non assujetti à la réglementation). Les catégories et la fréquence de ces tests sont déterminées par le professionnel du traitement de la toxicomanie et de l’alcoolisme.

Tests de validité de l’échantillon – Fait référence aux tests menés par les laboratoires pour déterminer si un échantillon d’urine a été dilué, adultéré ou substitué.

Test express en laboratoire – Un test de dépistage par essai immunologique est fait sur place au point de service et, peu importe les résultats (non négatifs ou négatifs), l’échantillon est expédié à un laboratoire d’analyse agréé pour un nouveau test de dépistage par essai immunologique. Si le test de dépistage par essai immunologique en laboratoire est positif, une CG / SM est faite pour confirmer seulement la présence de la substance détectée.

Test pour des motifs raisonnables/Test pour doute raisonnable – Dans un environnement de travail, ceci est un test de drogues et ou d’alcool qui est effectué lorsqu’il y a doute raisonnable de croire qu’un travailleur est sous l’influence de drogues et/ou d’alcool pendant qu’il exécute ses fonctions. Les circonstances qualifiées comme doute raisonnable varient selon le milieu de travail (p. ex. non-règlementé), et dépend de la politique spécifiquement conçue pour l’entreprise.

Dans un environnement DOT, c’est un test de drogues et/ou d’alcool qui est effectué lorsqu’il y a doute raisonnable de croire que le travailleur est sous l’influence de drogues et/ou d’alcool pendant qu’il exécute ses fonctions. Un superviseur qualifié doit être personnellement témoin des signes et symptômes perceptibles de l’abus de drogues et/ou d’alcool. Veuillez communiquer avec DriverCheck pour assistance pour déterminer ce qui constitue le dépistage pour doute raisonnable.

Gestion de l’apnée du sommeil et de la fatigue

Apnée obstructive du sommeil – Trouble du sommeil caractérisé par des pauses anormales de la respiration ou des dépressions respiratoires légères anormales pendant le sommeil. Chaque interruption de la respiration, appelée apnée, peut durer de quelques secondes à quelques minutes. Ce trouble entraîne souvent un ronflement bruyant, de la fatigue et de la somnolence.

Ventilation spontanée en pression positive continue – Les machines de ventilation spontanée en pression positive continue libèrent une légère pression d’air en quantité fixe pour maintenir les voies respiratoires ouvertes. La ventilation spontanée en pression positive continue empêche l’affaissement et le blocage des voies respiratoires.

Ventilation spontanée en pression positive automatique – Les machines de ventilation spontanée en pression positive automatique règlent ou dosent automatiquement la pression d’air à la quantité minimale requise pour maintenir les voies respiratoires dégagées. Elles mesurent la résistance respiratoire du patient pour fournir précisément la pression nécessaire à un moment donné.

Santé au travail

Analyse des exigences physiques – Processus systématique servant à évaluer les exigences physiques des tâches essentielles et non essentielles associées à un poste.

Essai d’ajustement qualitatif des appareils respiratoires – Méthode d’essai d’ajustement exigeant le port du masque par l’employé, qui tente de détecter une odeur aigre ou sucrée. Cette odeur est libérée dans une cabine ou un casque d’essai alors que l’employé porte son masque. Si l’employé ne détecte pas l’odeur, l’ajustement est bon. Ce type de test ne peut être fait que pour les masques jetables et les demi-masques.

Essai d’ajustement quantitatif des appareils respiratoires – Ce test prend une mesure numérique du « facteur d’ajustement » d’un appareil respiratoire particulier. Un dispositif de comptage de particules (comme le TSI Portacount Plus) mesure la concentration des particules microscopiques présentes dans l’air ambiant afin de mesurer directement l’ajustement. La mesure est prise pendant que la personne fait des mouvements dynamiques ou des exercices respiratoires similaires à ceux qui sont faits au travail afin de soumettre l’étanchéité de l’appareil à une contrainte. Ce type d’essai peut être effectué pour tous les types de masques.

Épreuve fonctionnelle respiratoire / spirométrie – Test évaluant la fonction ventilatoire des poumons, en particulier le volume d’air inspiré et expiré, ainsi que la vitesse d’inspiration et d’expiration.

Substances désignées – Matières qui, en raison des risques associés à l’exposition, à la manipulation ou à l’entreposage, sont strictement réglementées par les gouvernements provinciaux et fédéral et qui exigent entre autres des évaluations et des tests de santé.

Tests d’aptitudes physiques – Forme de tests permettant de déterminer si un employé est physiquement apte à exécuter les tâches précises d’un poste. Ces tests cernent les risques auxquels l’employeur devrait faire attention ainsi que tout point faible potentiel de l’employé qui devrait être traité afin d’éviter les blessures au travail.