Please upgrade your browser to ensure an optimum experience
or click on Compatibility View.

1 800 463-4310

Les nouvelles drogues: Qu’est-ce que la Marihuana synthétique, le K2/Spice et les Sels de bain?

Il y a de l’hyper médiatisation ces jours-ci au sujet de la marijuana synthétique, le K2/Spice et les sels de bain et ça alimente les inquiétudes à savoir que ces drogues deviennent de plus en plus répandues, tant auprès des jeunes, qu’auprès des adultes.  La question qui se pose pour les employeurs est alors, est-ce que ça vaudrait la peine d’effectuer du dépistage pour ces drogues?  Et si oui, êtes-vous en mesure de le faire?  Ce bulletin d’information vous procurera certaines informations qui pourraient vous aider à prendre cette décision.  Premièrement, nous devons comprendre quelles sont ces drogues et comment elles pourraient avoir un impact sur le travail à risque.

Marihuana synthétique, K2 et Spice

La marihuana synthétique, aussi connu sous les noms de K2 ou Spice (parmi d’autres), est composée d’un mélange d’herbes, d’épices, ou de matières de plantes déchiquetées, souvent vaporisées avec un mélange synthétique qui cause des réactions chimiques sur le corps, similaires à celles causées par la consommation du THC, la principale composante psychoactive de la marihuana.  Santé Canada dit que de fumer du cannabis synthétique peut causer une variété de symptômes incluant des hallucinations et des psychoses aiguës.

Il existe une zone grise à savoir si la marihuana synthétique est illégale au Canada.  Les cannabis synthétiques n’ont pas tous été spécifiquement listés par le gouvernement fédéral  dans le Tableau II de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances.  Certains ingrédients actifs n’ont aucune structure similaire au THC et à cause de cela, ils ne sont pas considérés comme étant des préparations synthétiques similaires; et par conséquent, ne sont pas considérés comme illégaux.  Cependant, Santé Canada a déclaré qu’il considère le K2, Spice, ou tous autres produits de marihuana synthétique, comme étant une substance contrôlée sous la Loi réglementant certaines drogues et autres substances s’ils produisent les mêmes effets que la marihuana.

Sels de bain

Sels de bains est le nom de rue pour nombre de produits de synthèse qui contiennent souvent des cathinones substitués qui ont des effets similaires aux amphétamines et à la cocaïne.  Ces drogues sont souvent sous forme de cristaux blancs similaires aux sels d’Epsom.  Des consommateurs ont rapporté avoir eu des maux de tête, des palpitations cardiaques, des nausées, les doigts froids, et dans certains cas des hallucinations, de la paranoïa, et des crises de panique.

Il n’existe aucune statistique sur la prédominance des sels de bain au Canada ou aux États-Unis, sauf que l’association américaine des centres de contrôle des poisons a déclaré que le nombre d’appels reçus en rapport avec les cathinones synthétiques a augmenté de 303 en 2010 à plus de 6000 en 2011.1  De plus, aux États-Unis, un rapport publié par les services administratifs sur l’abus de substances et la santé mental a démontré que les sels de bain furent impliqués dans près de 23000 visites aux urgences hospitalières en 2011.  Ici au Canada, le gouvernement fédéral a bannit la méthylènedioxypyrovalérone (MDPV), une drogue qui se retrouve communément dans les sels de bain.  La MDPV se retrouve maintenant sur le Tableau I de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, dans la même catégorie que l’héroïne et la cocaïne.

Les employeurs peuvent-ils effectuer du dépistage pour ces drogues?

Certains manufacturiers ont développés des trousses de dépistage instantané pour le dépistage des produits de marihuana synthétique, mais il existe des restrictions.  Tel que nous le savons, le dépistage instantané n’est pas aussi précis ou fiable que le test analysé en laboratoire.  Tout comme pour n’importe quel test express, il est impératif d’avoir en place le support approprié d’un laboratoire crédible et qualifié pour le dépistage initial et la confirmation de tous résultats instantanés non-négatifs.  Actuellement, de par les coûts associés au développement du processus de dépistage, des procédures, des protocoles et de la gestion de chaque test, il ya présentement aux États-Unis seulement deux laboratoires qui peuvent effectuer les tests pour les cannabinoïdes de synthèse.  Par conséquent, le dépistage de la marihuana synthétique peut être coûteux pour des clients Canadiens qui désirent acheminer des spécimens aux États-Unis.

L’autre problème qui existe pour le dépistage de la marihuana synthétique est qu’il ne s’agit pas d’un seul dérivé chimique.  Il existe plus de 450 dérivés chimiques de cannabinoïdes de synthèse qui ont des effets similaires, et même aux États-Unis où le dépistage ce fait, il est disponible seulement pour un petit nombre de ces drogues.  Les manufacturiers de cette famille de drogues peuvent créer des versions de générations suivantes et en modifiant la structure chimique de ces mélanges, les laboratoires devront investir dans des protocoles de dépistage dispendieux, spécifiques, précis et valides pout tenter de détecter chaque nouvelle génération de drogue.

Ce bulletin d’information vous a-t-il été utile?  Laissez-nous le savoir en partageant vos commentaires ici-même, ou en nous transmettant un message sur Twitter @DriverCheckCA.  Si vous recherchez des conseils à savoir pour quelles drogues votre compagnie devrait effectuer du dépistage, n’hésitez pas à nous contacter.