Please upgrade your browser to ensure an optimum experience
or click on Compatibility View.

1 800 463-4310

Un accident de train à Chicago souligne la gravité de la somnolence au travail

La somnolence au travail peut sembler anodine lorsque la seule victime est la tasse de café qui se trouve sur votre bureau. Cependant, si votre emploi exige que vous preniez le volant d’un véhicule et que vous vous endormez, les conséquences pourraient être beaucoup plus coûteuses. C’est ce qui s’est produit le 24 mars dernier à Chicago : des dizaines de personnes ont été blessées parce qu’une conductrice de train de banlieue se serait assoupie pendant son quart de travail et le train a déraillé, traversé la plate-forme et percuté un escalier roulant menant à l’aéroport international O’Hare. Voilà un exemple des dangers qui existent lorsqu’on ne reconnaît pas la gravité de la somnolence au travail. https://www.youtube.com/watch?v=TFiN3m64LnQ Après l’accident, on dit que la conductrice a affirmé avoir fait beaucoup d’heures supplémentaires récemment et être extrêmement fatiguée. Elle a également avoué s’être endormie au cours de quarts de travail précédents. Cela n’est pas rare. Lors d’un sondage récent mené pour la National Sleep Foundation, 26 % des conducteurs de train ont déclaré que leur rendement au travail était affecté par la somnolence au moins une fois par semaine. Dans le cadre de ce même sondage, 23 % des pilotes et 15 % des camionneurs ont aussi dit que le sommeil avait un effet sur leur travail. La somnolence lorsqu’on conduit ou qu’on travaille peut être un signe d’apnée du sommeil, trouble très répandu qui est caractérisé par des pauses anormales de la respiration durant le sommeil. Les travailleurs de quart qui font des heures supplémentaires, comme la conductrice de train de Chicago, courent un risque accru de fatigue chronique et d’apnée du sommeil. Aucune règle structurée n’oblige les conducteurs de train à subir un test de dépistage de l’apnée du sommeil aux États-Unis. En 2004, cependant, un certain nombre de déraillements associés au sommeil survenus en Amérique du Nord ont poussé l’Association des chemins de fer du Canada à mettre en œuvre des directives médicales à l’intention des médecins pour le dépistage et le diagnostic de l’apnée du sommeil grave ainsi que pour le traitement des employés de chemins de fer. Ces directives doivent être respectées par l’industrie ferroviaire conformément à la Loi sur la sécurité ferroviaire. Aux États-Unis, un déraillement qui s’est produit à Clarkston, au Michigan, en 2001 (le NTSB (conseil national de la sécurité des transports) a déterminé que la cause probable était la fatigue et que le conducteur souffrait d’apnée du sommeil non traitée) a incité la Federal Rail Administration (administration fédérale américaine des chemins de fer) à émettre un avis de sécurité sur l’apnée du sommeil en 2004. Cet avis recommandait entre autres de mettre sur pied des programmes de formation et de sensibilisation à la fatigue et aux troubles du sommeil, et d’assurer que les examens médicaux des employés comprennent une évaluation et le dépistage des troubles du sommeil. En plus de l’industrie ferroviaire, les organismes régissant les pilotes et les camionneurs aux États-Unis tentent d’éliminer les risques pour la santé et la sécurité liés à l’apnée du sommeil dans le cadre d’une approche plus structurée. La Federal Aviation Administration (FAA) (autorité fédérale responsable de l’aviation civile) fait pression pour rendre le dépistage et le traitement de l’apnée du sommeil obligatoires chez les pilotes présentant un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 40, et la Federal Motor Carrier Safety Administration (FMCSA) (administration fédérale américaine de la sécurité des transporteurs routiers) propose que le dépistage de l’apnée du sommeil soit obligatoire dans le cadre de l’évaluation de l’aptitude à l’emploi. Cependant, les choses n’avancent pas parce que les détracteurs des règlements proposés forcent la FAA et la FMCSA à suivre le processus d’établissement de règles officiel. On ne sait pas trop combien de temps cela prendra, mais après des accidents comme ceux de Chicago, la FAA et la FMCSA semblent être sur la bonne voie.